Agression sexuelle : la plainte en diffamation de l’ancien ministre Pierre Joxe rejetée en appel

·1 min de lecture

Ce mercredi 14 avril, la Cour d’appel de Paris a débouté Pierre Joxe, après un jugement en première instance qui lui avait été favorable. En janvier 2018, il avait porté plainte en diffamation contre Ariane Fornia, fille de l’ancien ministre Eric Besson, qui l’avait accusé d’agression sexuelle.

La Cour d’appel de Paris a annulé la condamnation de l'écrivaine Ariane Fornia pour diffamation à l'encontre de l'ancien ministre Pierre Joxe ce mercredi 14 avril.Dans son arrêt, la Cour a estimé qu’Ariane Fornia, qui avait affirmé avoir été victime d'une agression sexuelle de la part de l'ancien ministre, " peut bénéficier du fait justificatif de la bonne foi ".C’est la deuxième fois en un mois qu’une Cour d’appel rejette une plainte en diffamation liée à des accusations d'agression sexuelle après un jugement inverse en première instance. Le 31 mars dernier, la Cour d’appel de Paris a débouté le journaliste Éric Brion, qui avait gagné son procès en diffamation en première instance contre l’initiatrice du mouvement #balancetonporc Sandra Muller, qui l’avait qualifié de " porc " et accusé de " harcèlement " sur Twitter.Agression à l’Opéra BastilleC’est également sur internet que commence l’affaire Pierre Joxe. En octobre 2017, l’écrivaine Ariane Fornia – de son vrai nom, Alexandra Besson, fille de l’ancien ministre et homme d’affaires Éric Besson – relate dans un long billet de blog les gestes déplacés de l’ancien ministre Pierre Joxe, lors d’une soirée à l’Opéra Bastille,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Quand les ultra-progressistes défendent les agressions sexuelles envers les lesbiennes"

Humiliations, sévices, agressions antisémites : l’enfer d'un Français dans les prisons turques

Au procès de la haine anti-asiatique : "Nos familles ont plus peur des agressions que du Covid"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Agression d'un photographe à Reims : la garde à vue de l'individu interpellé prolongée