Agression sexuelle: l'ancien ministre Pierre Joxe perd son procès en diffamation en appel

·2 min de lecture

L'ancien ministre Pierre Joxe a été débouté mercredi en appel de ses poursuites en diffamation à l'encontre de l'écrivaine Ariane Fornia qui l'accusait d'agression sexuelle.

La cour d'appel de Paris a infirmé la condamnation de Mme Fornia qui avait déclaré dans un billet de blog avoir été victime d'une agression sexuelle de la part de l'ancien ministre, estimant qu'elle pouvait "bénéficier de la bonne foi".

L'avocat de Pierre Joxe, Me Jean-Yves Dupeux a annoncé à l'AFP que son client allait former un pourvoi en cassation.

Cet arrêt prête à la notion de "bonne foi" "une interprétation très extensive" qui permet à une personne "de proférer des accusations graves sans fondement", a réagi Me Dupeux.

Le conseil de Mme Fornia, Me Jean-Marc Fedida a fait part quant à lui de son "soulagement". "La Cour d’appel en infirmant la décision rendue par le tribunal a souverainement apprécié qu’il y avait une base factuelle suffisante dans les déclarations" d'Anne Fornia, a estimé l'avocat de l'écrivaine.

"C’est un soulagement et une décision qui sans doute contribuera à son soulagement et à son apaisement", a-t-il ajouté.

En première instance, Ariane Fornia, de son vrai nom Alexandra Besson, avait été condamnée à verser un euro symbolique de dommages et intérêts ainsi que 3.000 euros au titre des frais de justice à Pierre Joxe, qui avait intenté ce procès.

Selon la cour, "aucun élément du dossier ne permet de caractériser une animosité personnelle" de Mme Fornia envers M. Joxe.

Ariane Fornia, fille de l'ex-ministre Éric Besson, avait déclaré "qu’avant les faits, elle ne connaissait pas" le visage de Pierre Joxe et ne savait rien sur lui, a relevé la cour qui a également estimé que "ses propos sont restés relativement prudents".

L'affaire avait débuté en octobre 2017, en pleine éclosion de la vague #MeToo, avec la publication sur le blog d'Ariane Fornia d'un long billet où elle racontait avoir été victime de plusieurs agressions sexuelles dans sa jeunesse, dont l'une à l’Opéra Bastille.

Elle ne citait pas nommément son agresseur présumé, mais évoquait "un ancien ministre de Mitterrand, membre de plusieurs gouvernements, qui a occupé des fonctions régaliennes". Le nom de Pierre Joxe, qui conteste catégoriquement les faits, avait rapidement émergé.

L'ancien ministre de l'Intérieur puis de la Défense s'était élevé contre une "dénonciation calomnieuse et scandaleuse" et avait demandé "des excuses écrites et publiques". Face au refus de l'écrivaine, il l'avait poursuivie en justice.

Mme Fornia n'avait jamais déposé plainte à l'encontre de Pierre Joxe, aujourd'hui âgé de 86 ans.

aje/pga/caz