Agression raciste à Cergy: le président de la Licra réclame une réponse "ferme" de la justice

·2 min de lecture
Mario Stasi, président de la Licra, était l'invité de BFM Story ce mardi 1er juin pour réagir à l'agression survenue dimanche à Cergy-Pontoise. - BFMTV
Mario Stasi, président de la Licra, était l'invité de BFM Story ce mardi 1er juin pour réagir à l'agression survenue dimanche à Cergy-Pontoise. - BFMTV

Soulagé, mais soucieux. Mario Stasi, le président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) s'est satisfait sur BFMTV de l'interpellation de l'auteur présumé de l'agression survenue dimanche soir à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise).

"Je suis soulagé, et en même temps soucieux de voir la violence avec laquelle cet individu a pu agresser physiquement et par les mots", a déclaré l'avocat sur notre antenne, évoquant un fait "terrible et ordinaire malheureusement".

Un homme "à la violence déchaînée"

Le président de la Licra se dit aussi stupéfait de voir l'absence de réaction de la part de personnes témoins de la scène, ce qui pose selon lui "un vrai problème de société du fait de la terreur, de l'effroi que suscitait cet homme à la violence déchaînée".

L'avocat s'alarme aussi du rententissement de cette affaire sur les réseaux sociaux, des plateformes où l'appel à la vengeance est venu "supplanter" l'appel à la justice.

"Tant qu'on ne régulera pas les réseaux sociaux qui permettent de délivrer ainsi des messages de haine sans limite, sans régulation, sans responsabilisation, on aura une libération de la parole que l'on constate de plus en plus quotidiennement", poursuit Mario Stasi, soulignant un autre facteur à ne pas sous-estimer selon lui: "c'est l'effet déconfinement, aussi bizarre que cela puisse paraître."

"Il mérite et risque une peine ferme"

Pour lui un phénomène a émergé avec le déconfinement, celui où "des fauves, des bêtes enragées" sortent et expriment leur violence "sans contenance, sans rigueur, sans mesure aucune".

"On constate de plus en plus un effet débridé de la violence, tant physique que morale, que verbale et c'est un vrai défi pour la lutte antiraciste, pour la justice qui doit évidemment être rigoureuse, rapide et extrêmement ferme", explique l'avocat.

Mario Stasi estime enfin que l'agresseur présumé interpellé ce mardi à Paris "risque la prison ferme, en tout cas une peine différente serait incompréhensible."

"Il cumule la violence physique et la violence verbale, un nombre de condamnations assez impressionnant. Je pense que cet homme mérite et risque une peine ferme", conclut le président de la Licra.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles