Agression porte de la Chapelle: l'individu a été expulsé en l'Espagne

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Un homme pousse une femme dans les escaliers du métro Porte de la Chapelle (Photo: Capture d'écran)
Un homme pousse une femme dans les escaliers du métro Porte de la Chapelle (Photo: Capture d'écran)

POLICE - La vidéo de l’agression était devenue virale l’espace d’un week-end, relayée notamment par la ministre Marlène Schiappa. Le 17 avril dernier, des images montrant un homme poussant une femme dans les escaliers du métro Porte de la Chapelle à Paris ont suscité une vague d’indignations et l’ouverture d’une enquête confiée au commissariat du 18e arrondissement de Paris.

La préfecture de police de Paris, indique finalement sur Twitter, ce lundi que l’individu de nationalité espagnole a été interpellé. Sous le coup d’une olibgation de quitter le territoire, il a été expulsé vers l’Espagne dimanche. Il a désormais interdiction de pénétrer et de séjourner en France.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Contacté par Le HuffPost, l’auteur de la vidéo, dont la séquence diffusée sur les réseaux sociaux n’était qu’un court extrait avait raconté les circonstances de l’altercation: “la femme était sous l’emprise de substances. L’homme lui demandait depuis cinq minutes de lui donner quelque chose (...) Elle avait l’avait l’intention de partir mais n’arrêtait pas d’essayer de le frapper. C’est pour ça que j’ai commencé à filmer”, détaillait-il. Des informations corroborant celles de LCI, avaient assuré par la suite que la femme s’était présentée à la police en tant que toxicomane, décrivant l’homme comme son fournisseur de drogue.

À voir également sur Le HuffPost: Les supporters de Manchester United envahissent Old Trafford

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

LIRE AUSSI

Valls attaque Dieudonné en diffamation pour une vidéo

Police: Gardien de la paix, une profession qui s'épuise

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.