Agression de policiers : Xavier Bertrand propose des « peines planchers »

Source AFP
·1 min de lecture
Pour Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, l'État doit être plus intransigeant avec les agresseurs de policiers.
Pour Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, l'État doit être plus intransigeant avec les agresseurs de policiers.

Xavier Bertrand, candidat (ex-LR) déclaré à la présidentielle de 2022, a proposé mardi 20 avril de modifier la Constitution pour pouvoir condamner à des « peines planchers » les agresseurs de policiers. Cette prise de position intervient après le verdict controversé de la cour d'assises des mineurs de Paris, qui a condamné en appel cinq jeunes à des peines de prison allant de 6 à 18 ans de réclusion pour l'agression de policiers à Viry-Châtillon en 2016. Au terme du procès, huit acquittements ont été prononcés et les peines ont été moins lourdes en appel qu'en première instance. « Je demanderai aux Français de se prononcer » à l'automne 2022 sur une modification de la Constitution afin que « quand on attaque un policier, un gendarme, un pompier, un maire, il y [ait] une peine de prison automatique minimum d'un an non aménageable », a affirmé le président des Hauts-de-France sur Europe 1.

Avec un tel texte, « il n'aurait pas pu y avoir d'acquittement » dans le procès en appel de la violente agression de policiers à Viry-Châtillon (Essonne) en 2016, dont le verdict a été jugé « incompréhensible » par le syndicat Unité SGP Police, partie civile du procès en appel. Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, a aussitôt dénoncé cette proposition de Xavier Bertrand. Selon le garde des Sceaux, cela reviendrait à « envoyer en prison automatiquement toute personne interpellée sans preuve, ni procès ». « Aucun policier, aucun magistrat n'acceptera de substituer l [...] Lire la suite