Agression de Hamraoui: Aminata Diallo remise en liberté, sous contrôle judiciaire

Après cinq jours de détention provisoire, elle ressort de prison: la footballeuse Aminata Diallo, mise en examen pour « violences aggravées » et « association de malfaiteurs » dans l'enquête sur l'agression de son ex-coéquipière au Paris SG Kheira Hamraoui, a été remise en liberté mercredi et placée sous contrôle judiciaire.

L'internationale (7 sélections en équipe de France), sans club depuis que le contrat qui la liait au PSG est arrivé à échéance, en juin 2022, a dû verser une caution de 30.000 euros et doit vivre chez son père à Grenoble, sa ville de naissance, avec un pointage hebdomadaire et une interdiction de contacts avec les joueuses et le club du PSG, a précisé le parquet à l'AFP.

Considérée comme la commanditaire de cette agression commise en novembre 2021 à Chatou (Yvelines), la joueuse a participé mercredi au débat devant le juge des libertés et de la détention (JLD), à Versailles. Elle est arrivée à l'audience menottée et habillée d'un jogging noir, d'une doudoune et de baskets noires, le visage fermé et l'oeil hagard.

Les débats se sont déroulés à huis clos à la demande du parquet et de la défense car « les fuites colossales de l'enquête desservent Mme Diallo », a estimé un de ses avocats, Me Romain Ruiz, pendant l'audience. Sollicités par l'AFP à l'issue du délibéré, ni Romain Ruiz, ni les deux autres avocats de la joueuse, Mourad Battikh et Chloé Redon, n'ont souhaité réagir.

Dans cette affaire, quatre hommes nés entre 1999 et 2003 ont également été mis en examen pour les mêmes chefs d'« association de malfaiteurs » et « violences aggravées ». Deux ont été incarcérés et deux placés sous contrôle judiciaire.


Lire la suite sur RFI