Agression d'un prêtre orthodoxe à Lyon: un suspect a reconnu les faits en garde à vue

Cy.C
·1 min de lecture

Selon nos informations, l'individu, placé en garde à vue, aurait avoué les faits évoquant un contentieux personnel.

Un homme a été interpellé vendredi à Lyon, suspecté d'être le tireur responsable de l'attaque contre le prêtre orthodoxe Nikos Kakavelakis samedi dernier. L'individu, placé en garde à vue, a avoué les faits évoquant un contentieux personnel, a annoncé le parquet ce samedi.

Le 31 octobre dernier, le prêtre avait été blessé grièvement par balles à la sortie de son église par un homme qui avait ensuite pris la fuite. Le parquet national antiterroriste ne s'était pas saisi de l'affaire. Pour cause, les enquêteurs ont rapidement privilégié la piste du contentieux personnel; le prêtre n'était pas en tenue traditionnelle au moment de l'attaque, et aucune justification d'ordre religieux n'avait été entendue.

La piste d'une vengeance liée à un adultère

Ce Géorgien de 40 ans a été interpellé à son domicile, dans le 1er arrondissement de Lyon, avec sa femme. En garde à vue, ce dernier aurait expliqué "être le mari d'une femme qui entretenait une liaison avec la victime", a précisé dans un communiqué le procureur de la République Nicolas Jacquet."

Celle-ci aurait quant à elle confirmé cette relation mais aurait nié une quelconque implication ou connaissance des désirs de vengeance de son mari.

Les enquêteurs ont été mis sur la piste du suspect après que l'eccléasiastique grec est sorti du coma mardi. Auditionné à l'hôpital, ce dernier aurait rapidement évoqué la thèse d'un "mari jaloux" de l'une de ses conquêtes.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :