ONU : une confrontation douce, à distance, entre les présidents américain et chinois

Xi Jinping et Joe Biden ont prononcé successivement leur discours devant l'assemblée générale des Nations Unies, mais la confrontation est restée douce.

C'est pour plus de multilatéralisme que le leader chinois a plaidé : "Les différences et les problèmes entre les pays doivent être traités par le dialogue et la coopération sur la base de l'égalité et du respect mutuel. Le succès d'un pays ne signifie pas nécessairement l'échec d'un autre. Et le monde est assez grand pour accueillir le développement et le progrès communs de tous les pays. Nous devons poursuivre le dialogue et l'inclusion plutôt que la confrontation et l'exclusion."

Quelques heures plus tôt, Joe Biden avait déclaré qu'il n'avait aucune intention de commencer une "nouvelle guerre froide" : "Nous défendrons nos alliés et nos amis, et nous nous opposerons aux tentatives des pays plus forts qui dominent les plus faibles, que ce soit par des changements forcés de territoire, la coercition économique, l'exploitation technique ou la désinformation. Mais nous ne cherchons pas, je le dis encore une fois, nous ne cherchons pas une nouvelle guerre froide ou un monde divisé en blocs rigides."

Le dirigeant américain a par ailleurs annoncé que les États-Unis doubleraient leur engagement financier international contre le changement climatique d'ici 2024.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles