Agns Thill (LREM) estime subir un "procs d'intention" sur la PMA

L'éviction de la députée LREM Agnès Thill pour des propos sur la PMA jugés excessifs a montré la sensibilité du sujet, même si l'élue récuse l'image "catho" qu'on lui a accolée

Paris (AFP) - La dpute Agns Thill a estim mardi subir un "procs d'intention" pour ses propos l'encontre de l'extension de la PMA toutes les femmes et a indiqu qu'elle porterait le dossier en justice si elle tait exclue de LREM dans les jours qui viennent.

"Dans le dossier de griefs, il n'y a rien d'injurieux ni d'insultant. Ce qui est sr, c'est que je suis dtermine parce que je ne comprends pas ce qui m'est reproch", a affirm l'lue de l'Oise, 55 ans, sa sortie d'une audition de prs de deux heures devant la commission des conflits du mouvement.

Son avocat Me Richard Sebban a indiqu qu'il comptait engager "une saisine du tribunal de grande instance pour demander sa rintgration" en cas d'exclusion.

Lors de cette audition, "nous avons pu changer de manire sereine mme si nous ne sommes pas toujours d'accord", a affirm Mme Thill, prcisant que la dcision devrait lui tre notifie "d'ici quelques jours".

Dj entendue en fvrier par cette commission pour des dclarations contre la PMA, la dpute de Beauvais n'avait reu qu'une simple "mise en garde" aprs s'tre engage " faire attention ses propos".

Mais d'autres propos ont depuis provoqu l'exaspration de certains de ses collgues dputs qui ont menac de quitter LREM si elle n'tait pas exclue.

En avril, reprenant un article du journal Ttu qui faisait part du "coming out mdiatique" du secrtaire d'Etat Gabriel Attal sur son homosexualit et son dsir de paternit, Mme Thill avait tweet: "Au moins la couleur est annonce. #biothique en juin".

Le 5 juin, dans une interview publie dans le magazine L'Incorrect, fond par des personnalits entre droite et extrme droite, l'ex-directrice d'cole a en outre affirm que la future rvision des lois de biothique, qui prvoit l'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, "restera dans l'histoire comme celle qui aura vinc les pres de la naissance et de l'ducation des enfants".

Ce texte issu d'une promesse prsidentielle doit tre prsent en Conseil des ministres en juillet puis soumis au Parlement fin septembre. Le dlgu gnral de LREM Stanislas Guerini a promis une "libert de vote" des "marcheurs".

"Ds le dbut, le mouvement a vrill et mal pris la chose (...) Il aurait fallu se servir de moi comme gage et dire: +Regardez, on a une vraie pluralit dans le groupe. On a mme le droit d'tre contre. Mais la vrit, c'est que quoi que je dise sur ce sujet, je suis traite d'homophobe", estime Mme Thill.