Agnès Pannier-Runacher ne s’occupera pas des dossiers liés à Perenco pour éviter tout conflit d’intérêts

La ministre française de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher s’exprime lors d’une séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale ce mardi 8 novembre.
THOMAS SAMSON / AFP La ministre française de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher s’exprime lors d’une séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale ce mardi 8 novembre.

POLITIQUE - La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher ne pourra pas s’occuper de sujets liés à trois sociétés, y compris l’entreprise pétrolière Perenco dont son père a été un dirigeant, selon un décret paru ce mardi 15 novembre au Journal Officiel, une semaine après une enquête du média Disclose qui avait provoqué de vives réactions politiques.

Afin de prévenir tout conflit d’intérêts, le décret indique que la ministre « ne connaît pas des actes de toute nature relatifs au groupe Défense conseil international, au groupe EP2C et au groupe Perenco ». L’enquête de Disclose avait révélé que les enfants de la ministre étaient associés d’une société basée sur des fonds domiciliés dans des paradis fiscaux et transmise par Jean-Michel Runacher ; Perenco avait aussi investi dans certains de ces fonds.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi