Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie : "La réindustrialisation est un combat"

Ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher détaille l'effort supplémentaire consenti par l'exécutif dans le plan de relance, en faveur de l'industrie. "Depuis la Seconde Guerre mondiale, jamais un plan de soutien n'a été aussi massif", affirme-t-elle. La ministre reconnaît un "décrochage" de l'industrie pharmaceutique française. "Nous sommes ainsi passés de la première à la quatrième place européenne en matière de production de médicaments, concède-t-elle. Je comprends la colère des Français. Il y a de quoi avoir honte." Pour elle, "il faudra du temps" pour revenir dans la course.
L'industrie est-elle condamnée à souffrir durablement de la crise?
La crise de 2008-2009 a fait plonger l'investissement industriel de plus de 20%. En 2020, il diminue seulement de 13%, alors que le choc est bien plus violent. J'y vois l'impact de notre plan de relance. Les industriels continuent à monter des projets et à prendre des risques. Depuis septembre, plus de 4.700 entreprises ont déposé des dossiers : 1.000 ont déjà été retenues. Cela représente plus de 800 millions d'euros d'aides publiques pour 4 milliards d'euros d'investissements au total. 88% de ces entreprises sont des PME et des entreprises de taille intermédiaire. Et, surtout, près de 40% des projets portent sur une relocalisation : malgré les incertitudes, les entreprises veulent produire en France. A cela s'ajoutent 7.400 demandes de subvention pour l'acquisition d'équipements pour moderniser la production (robot,...


Lire la suite sur LeJDD