Agnès Buzyn «Le sida tue encore 940 000 personnes chaque année»

Libération.fr

Présente à la réunion du Fonds mondial contre le sida, ce week-end, la ministre de la Santé appelle Etats et secteur privé à soutenir son action au côté de la France.

Ce week-end s’est tenu à New Delhi une réunion du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, avant le grand rendez-vous d’octobre, à Lyon, où se tiendra la conférence triennale de financement de cette organisation internationale. En Inde, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, est venue pour «montrer la mobilisation française». Depuis sa création, en 2002, la France s’y est montrée active, en étant jusqu’à récemment le premier contributeur européen. L’enjeu est essentiel car, si les montants engagés baissent, tous les experts sont catégoriques, les épidémies redémarreront. Or les risques de relâchement des autorités sanitaires, mais aussi la stagnation des dépenses d’aide internationale sont bien réels. Analyse d’Agnès Buzyn, de retour de la capitale indienne.

Le directeur du Fonds mondial estime que l’objectif d’arrêter les trois épidémies à l’horizon 2030 s’éloigne. C’est votre sentiment ?

Les progrès réalisés grâce aux investissements dans le Fonds mondial sont immenses. Ils ont permis de sauver 27 millions de vies depuis sa création, en 2002. Mais ces efforts considérables doivent encore s’intensifier pour atteindre l’objectif d’élimination des pandémies d’ici à 2030. C’est la raison pour laquelle le Fonds mondial s’est fixé un objectif d’investissement de 14 milliards de dollars (12,4 milliards d’euros) au minimum, soit une augmentation de 15 % par rapport au précédent cycle de financement. La France maintient son engagement autour de ces enjeux majeurs de santé mondiale. Mais nous devons accélérer le mouvement, pour que l’ampleur du défi ne s’accroisse pas plus vite que notre capacité à y répondre.

La stagnation de l’aide internationale fait redouter un rebond des épidémies. Où trouver de nouveaux financements ?

Nous devons répondre à de nouveaux enjeux (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Un gouvernement italien fragile
La Commission européenne patine sur l’huile de palme
Syrie Seize civils tués dans des raids sur le réduit de l’EI
Quel candidat démocrate face à Trump en 2020 ?
41 %