Agnès B. et le Slip Français créent une collection avec des réfugiés et des migrants

·4 min de lecture
La Fabrique Nomade lors du processus de création de la capsule avec le Slip Français et Agnès B. (Photo: Instagram / @ lafabnomade)
La Fabrique Nomade lors du processus de création de la capsule avec le Slip Français et Agnès B. (Photo: Instagram / @ lafabnomade)

MODE - Préserver et développer les savoir-faire. L’association solidaire, La Fabrique Nomade, qui agit pour l’insertion professionnelle des artisans d’art réfugiés et des migrants régularisés en France, en collaboration avec Le Slip Français, a lancé une collection de bandanas en voile de coton et de tabliers en toile de coton, disponible à la vente ce mercredi 13 octobre. La collection a obtenu le parrainage de la styliste Agnès B. qui a proposé d’illustrer la capsule aux couleurs des dessins de Jacques Floret.

Le Slip Français est une marque engagée dans la mode durable et locale. Elle soutient le savoir-faire français en faisant appel à ses partenaires en France pour fabriquer l’intégralité de ses produits. Guillaume Gibault, son fondateur, rencontre Inès Mesma en 2020, fondatrice de la Fabrique Nomade. Il ne faudra pas moins que cette rencontre pour mettre à jour l’évidence d’une collaboration.

En s’associant au projet, le Slip Français a promis de mettre à disposition de l’association son réseau de partenaires et à pratiquer un mécénat technique. La marque de sous-vêtements a également financé le projet solidaire en reversant 5% de ses bénéfices de vente de chaque vendredi à la Fabrique Nomade. À terme, le Slip Français s’est engagé à conclure un partenariat durable avec l’association.

Un échange de bons procédés pour le secteur du textile

“On voit bien que tout le monde a envie de fabriquer localement sauf qu’il n’y a pas cette capacité à fabriquer aujourd’hui : c’est 8000 offres d’emploi rien que sur le site de Pôle emploi dans le textile qui ne sont pas pourvues”, déclare Guillaume Gibault à France Info. La collaboration entre le Slip Français et la Fabrique Nomade vise à soutenir la formation et l’emploi de professionnels du textile, et l’occurrence des professionnels migrants et réfugiés.

“Ces personnes qui arrivent en France avec un métier; un savoir-faire qu’ils ont mis des années à acquérir, on ne le reconnait pas. La barrière de la langue, la méconnaissance du marché fait qu’ils vont être orientés vers des secteurs en tensions comme le ménage, la sécurité, le BTP, alors qu’ils ont un savoir-faire à faire valoir, à montrer et aussi à partager avec nos entreprises et participer ainsi à la richesse du pays”, assure Inès Mesma.

Créée en 2016, la Fabrique Nomade est une association qui œuvre à valoriser et favoriser l’insertion professionnelle des artisans migrants et réfugiés en France. Inès Mesma décide de créer cette association quand elle découvre que sa mère, qui a immigré en France, exerçait avant de venir dans l’hexagone le métier de brodeuse à Tunis. Un métier qu’elle n’a jamais exercé en France. Inès Mesma prend conscience de la difficulté pour les migrants et les réfugiés de faire valoir leurs compétences en France quand ils immigrent et décide de fonder la Fabrique Nomade pour abattre les barrières à l’emploi que rencontrent ces professionnels.

La Fabrique Nomade a mis en place une formation qui permet aux réfugiés et migrants de valoriser leurs compétences et les adapter aux marchés français. L’association a également créé la première certification professionnelle pour les artisans d’art migrants. Depuis 2016, la Fabrique Nomade a formé 50 artisans, venus de 28 pays du monde, et représentant plus de 20 métiers d’arts différents (bijoutiers, menuisiers, couturiers...).

L’association propose une formation de neuf mois aux métiers d’art et un chantier d’insertion avec un CDD d’un an, destiné aux couturiers. “Nous nous sommes rendu compte que sur le territoire il y a de vraies demandes des entreprises qui fabriquent des vêtements et peinent à trouver des couturiers” confie Ghaita Tauche-Luthi, la responsable communication de la Fabrique Nomade à France Info. Pour autant, “on ne va pas leur apprendre leur métier, ils le connaissent déjà, on va les accompagner pour monter en compétences et pour adapter leur métier à ce nouveau pays”, complète-t-elle.

La collection capsule est composée de quatre bandanas et d’un tablier. Les bénéfices de la vente de ces travaux seront reversés à l’association afin de soutenir développer leur projet.

Le Slip Français et Agnès B. ont apporté leurs conseils techniques et artistiques tout au long du processus de création. Agnès B., marraine de la capsule, oeuvre régulièrement en faveur de l’insertion et l’intégration des migrants et réfugiés en France. Déjà en 2016, elle avait mis à l’honneur des artistes étrangers dans une exposition d’art baptisée “Vivre!!” au Musée de l’histoire de l’immigration, à Paris.

Suite au démantèlement de la “jungle de Calais” en 2016, la styliste avait lancé, via l’AFP, un appel aux gouvernements français et britannique pour “faire un effort” et accueillir les migrants, et dénonçait les “discours qui ont ouvert des portes à la haine“. “Il faut réunir les familles! Il faut que le gouvernement britannique fasse quelque chose!”, avait déclaré Agnès B.

“On peut vivre ensemble. On vit ensemble depuis toujours” affirmait-elle à l’époque. Cet engagement n’a pas changé. Pour elle, “les femmes et les hommes auront toujours besoin de s’exprimer avec leur culture, leurs traditions et leur savoir-faire” comme elle le confie à France Info.

À voir également sur Le HuffPost: Exilé en Allemagne, cet ex-ministre afghan est désormais livreur à vélo

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles