Les agents pathogènes adorent les microplastiques et ce n'est pas une bonne nouvelle

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Chaque année, des millions de tonnes de microplastiques sont rejetés dans l’environnement. Qu’ils viennent de nos cosmétiques ou de nos vêtements. Ils finissent dans nos rivières et dans le fond de nos océans. Avec des conséquences dramatiques pour les écosystèmes. Plus encore qu’on le soupçonnait jusqu’ici, à en croire des travaux menés par des chercheurs de l’Institut de technologie du New Jersey (États-Unis). Ils ont étudié de près le destin des microplastiques lorsqu’ils subissent le processus de traitement des eaux usées.

« La plupart des stations d’épuration ne sont pas conçues pour éliminer les microplastiques », précise Dung Ngoc Pham, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. Or ces stations constituent non seulement un point de convergence pour de nombreux microplastiques, mais aussi pour différents produits chimiques et pour des bactéries et d’autres pathogènes. Et ce que les chercheurs montrent aujourd’hui, c’est que les microplastiques peuvent littéralement servir de repaires à microbes, faisant ainsi courir des risques imminents au biote aquatique et à la santé humaine.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont collecté des échantillons de boues issues de trois stations d’épuration du New Jersey. Ils y ont volontairement ajouté deux microsplatiques très communs – du polyéthylène (PE) et du polystyrène (PS). Puis, des analyses génétiques par Polymerase Chain Reaction, la fameuse PCR, ainsi que par d’autres techniques de nouvelle génération leur ont permis d’identifier les bactéries qui ont tendance à se développer sur les microplastiques. Tout en suivant les modifications génétiques qu’elles subissent.

Cette image au microscope montre des biofilms attachés à un microplastique de polyéthylène (PE). Huit espèces différentes de bactéries ont été trouvées hautement enrichies sur les microplastiques par les chercheurs de l’Institut de technologie du New Jersey (États-Unis). Parmi ces espèces, deux agents...
Cette image au microscope montre des biofilms attachés à un microplastique de polyéthylène (PE). Huit espèces différentes de bactéries ont été trouvées hautement enrichies sur les microplastiques par les chercheurs de l’Institut de technologie du New Jersey (États-Unis). Parmi ces espèces, deux agents...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura