Agent du fisc tué : les fonctionnaires rendent hommage à leur collègue, tué lors d'un contrôle

© Damien MEYER / AFP

Après le choc, l'hommage. Deux jours après le meurtre d'un agent du fisc qui effectuait un contrôle chez un contribuable à Bullecourt , près d'Arras, les centres des finances publiques ont organisé une minute de silence. Devant celui d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, les drapeaux sont en berne. A l'image de ce dernier, tous les centres des finances publiques du département ont fermé entre 10h45 et midi pour organiser un temps d'échange entre les agents.

>> Retrouvez Europe Soir en replay et en podcast ici

Objectif : évoquer leur ressenti, leur stress. "Certains ont besoin de se vider la tête", explique un fonctionnaire au micro d'Europe 1. Les contribuables se sont donc retrouvés devant des grilles fermées, eux-mêmes très touchés. "Je comprends qu'ils soient choqués, c'est normal" de trouver portes fermées, explique l'un d'entre eux.

"Comment peut-on perdre la vie lors d'un contrôle ?"

"Je travaille dans le milieu hospitalier, et je pense qu'un collègue serait décédé, je pense qu'on aurait aussi fermé le service", confie une autre dame qui se présente devant le centre d'Hénin-Beaumont. "Ce drame nous a littéralement bouleversés. Il faut l'avaler. On fait l'objet de violences verbales quotidiennes. Mais comment peut-on perdre la vie lors d'un contrôle fiscal ?", se demande un agent du centre des finances publiques. "On attend désormais des réponses", conclut-il.


Lire la suite sur Europe1