Les agences de probité de l'élection contredisent les accusations de fraude de Donald Trump

·2 min de lecture

Donald Trump continue de crier à la fraude électorale, mais plusieurs agences de probité de l'élection ont assuré que l'élection présidentielle était la plus sûre de l'histoire du pays.

Une conclusion qui va à l'encontre des propos du président américain. Les agences de probité de l'élection (Elections Infrastructure Government Coordinating Council) ont déclaré dans un communiqué de presse commun que le scrutin du 3 novembre dernier avait été «le plus sûr de l'histoire de l'Amérique» : «En ce moment, à travers le pays, des officiels sont en train de surveiller et vérifier tout le processus électoral avant de certifier le résultat. Quand les États ont des élections serrées, beaucoup d'entre eux recompteront les bulletins. Tous les États avec un résultat serré pour l'élection présidentielle 2020 ont une trace écrite de chaque vote, permettant de revenir en arrière et de recompter les bulletins si nécessaire. C'est une garantie supplémentaire pour la sécurité et la résilience. Ce processus permet l'identification et la correction de toute bévue ou erreur. Il n'y a aucune preuve que quelconque mode de scrutin ait effacé ou perdu des votes, en ait changé ou ait été en aucune façon compromis», écrivent-ils, cette dernière phrase étant en gras pour souligner son importance.

«Toute mesure de sécurité comme des vérifications pré-élection, des certifications au niveau de l'État des équipements de vote, et la certification des équipements de vote de l'US Election Assistance Commission peut aider à agrandir la confiance dans les systèmes utilisés en 2020. Nous savons qu'il y a beaucoup d'affirmations non fondées et de possibilités de désinformation à propos du processus électoral, mais nous pouvons vous assurer que nous avons la plus grande confiance en la sécurité et l'intégrité de nos élections, et vous devriez également. Quand vous avez des questions, tournez-vous vers des élus officiels en tant que(...)


Lire la suite sur Paris Match