Une agence de presse entièrement féminine ouvre en Somalie

Bilan a été lancée en début d’année et se compose de six journalistes, uniquement des femmes, qui entendent bousculer le paysage médiatique somalien, malgré les menaces des extrémistes d’al-Shebab et la désapprobation d’une partie de leurs propres communautés.

Avec notre correspondante à Nairobi, Florence Morice

En langue somali, Bilan signifie « clair est lumineux ». Car l’un des objectifs de l’agence est de faire la lumière sur des thématiques trop souvent oubliées des médias somaliens, explique Fathi Mohamed Ahmed. À 25 ans, elle est rédactrice en chef adjointe de l’agence. « La plupart du temps, les médias ne s’intéressent qu’aux conflits et à la politique. Nous avons choisi au contraire de nous intéresser au sujets de société. »

L’agence produit des reportages pour un réseaux de médias partenaires, web, TV et radio. Pour Fathi Mohamed Ahmed, elle offre également, et c’est rare, un environnement sûr pour les femmes journalistes. « Car il n’y a pas de harcèlement, explique-t-elle. Nous ne sommes qu’entre femmes. Il n’y a personne pour commenter notre façon de nous habiller ou nous couper la parole ou nous interrompre. Avec des hommes, faire vraiment le métier de journaliste, c’est compliqué. Parfois on va te dire "tiens, prends ce bout de papier et va dans le studio et lis-le". Nous nous voulons aller sur le terrain et faire des reportages. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles