Agathe Euzen : «On ne peut plus considérer qu'on a de l'eau en abondance et en permanence»