Agathe Auproux guérie du cancer subit toujours les conséquences de la maladie

·2 min de lecture
(Photo: Edward Berthelot via Getty Images)
(Photo: Edward Berthelot via Getty Images)

SANTÉ - “C’est tellement discriminant...” Fière de devenir propriétaire d’un appartement parisien, la journaliste Agathe Auproux s’est confiée mardi 6 juillet sur la difficulté pour les personnes atteintes de maladies graves mais pourtant tirées d’affaire d’acheter un bien immobilier.

En 2019, à seulement 27 ans, Agathe Auproux, ancienne chroniqueuse de “TPMP” sur C8, partageait ce message inquiétant sur les réseaux sociaux: “Je suis en chimiothérapie depuis mi-décembre et pendant encore trois mois”. Aujourd’hui, voilà déjà deux ans que la jeune femme est entrée dans la phase de rémission de son cancer du système lymphatique. Une période difficile de sa vie qu’elle avait décidé de partager dans son livre Tout va bien.

D’un optimisme naturel et désireuse d’avancer, la chroniqueuse multiplie les projets. “Je voulais être propriétaire avant mes 30 ans, principalement parce que je travaille à Paris, et donc je loue un appartement à Paris depuis plus de six ans maintenant. Et je ne vous apprends pas que les loyers parisiens sont très élevés. Je préfère investir cet argent puisque j’en ai la capacité″, a-t-elle écrit en story Instagram lors d’une session de questions-réponses avec ses followers consacrée à l’immobilier.

Malheureusement, le cancer et les maladies graves peuvent dans certains cas être considérés par les assureurs en crédit immobilier comme un risque aggravé pouvant entraîner le refus d’assurance; cela rend alors impossible l’achat du bien en question.

“Parce que j’ai eu un cancer à 27 ans, et alors que je suis en rémission complète, je présente un risque pour les assurances qui se disent:Ouhlalala celle-là, elle a une santé fragile, elle peut mourir à tout moment, je ne suis pas sereine à l’idée de lui prêter beaucoup d’argent qu’elle ne pourra sans doute plus me rembourser dans quelques années. Puisqu’elle a déjà eu un cancer’”, dénonce-t-elle sur Instagram.

Agathe Auproux / Instagram (Photo: Agathe Auproux / Instagram)
Agathe Auproux / Instagram (Photo: Agathe Auproux / Instagram)
Agathe Auproux / Instagram (Photo: Agathe Auproux / Instagram)
Agathe Auproux / Instagram (Photo: Agathe Auproux / Instagram)

En France, depuis une loi de 2016, les personnes atteintes d’un cancer ou d’une maladie grave bénéficient certes d’un droit à l’oubli qui leur permet de ne pas mentionner cet antécédent médical à leur assureur, mais celui-ci ne s’applique que dix ans après l’arrêt des traitements.

Mais au Parlement, certains députés, à l’instar de Philippe Meyer (Les Républicains) veulent faciliter l’accès à l’emprunt pour toutes les personnes guéries d’un cancer. En mai 2021, une proposition de loi a été faite dans ce sens. “Depuis l’an dernier, les personnes ayant été diagnostiquées de cancer avant leurs 21 ans bénéficient d’un droit à l’oubli dont le délai a été réduit à cinq ans. J’estime que ce délai devrait être appliqué à toutes les personnes guéries de cancer”, a-t-il défendu auprès aux journalistes de Capital. Ce texte n’est cependant pas encore entré en application.

À voir également sur Le HuffPost: Ce coiffeur se rase la tête en solidarité avec son collègue et ami atteint d’un cancer

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

À LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles