Agacée par les “boules puantes”, Ségolène Royal refuse les sollicitations de la presse

Ségolène Royal n'y va pas de main morte. En septembre dernier, l'ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique était pointée du doigt par un scientifique spécialiste des pôles, qui l'accusait d'adopter la politique de la chaise vide en désertant les réunions du Conseil de l'Arctique. "En deux ans, Ségolène Royal ne s’est JAMAIS rendue à la moindre réunion de la moindre instance diplomatique arctique officielle et n’a mené AUCUNE action contre les fuels lourds…", dénonçait Mikaa Mered sur Twitter. Une information qu'avaient confirmée Le Parisien, et que Quotidien avait tournée en dérision. Pour se défendre, l'intéressée avait publié ce message cinglant sur la Toile : "Et comme par hasard cette boule puante surgit quand certains m’interrogent sur la prochaine présidentielle ...". Deux mois après la polémique, Le Point a tenté d'interroger l'ex-ministre de l'environnement, en vain. D'après nos confrères, Ségolène Royal a "répliqué par une menace de poursuites judiciaires".

Après ces accusations, Checknews, le service de fact-checking de Libération, avait indiqué que l'ancienne compagne de François Hollande avait fait une dizaine de déplacements à l'étranger mais ne s'était effectivement jamais rendue à ces réunions, comme l'avait confirmé son cabinet. Les raisons de ces absences ? "Ségolène Royal décide de ses déplacements en fonction de ses engagements et de son empreinte carbone."

Ce manque d'implication à son poste que lui a attribué

Retrouvez cet article sur GALA

Ségolène Royal tentée par… le théâtre
Le gros mensonge de Ségolène Royal repéré par les équipes de Yann Barthès
Ségolène Royal absente de toutes les réunions du Conseil de l'Arctique… ses explications étonnent
Ségolène Royal : cette petite phrase qui suscite les moqueries des internautes
Cette intervention de Ségolène Royal qui inquiète les proches d’Emmanuel Macron