Publicité

Agacé par les dégradations des agriculteurs, François Baroin demande à l'État de payer le nettoyage

« C’est l’État qui était ciblé ». À l’image de nombreuses villes françaises, Troyes (Aube) a été touchée par la colère des agriculteurs. Maire de la ville, François Baroin a montré son mécontentement face aux tas de lisier et gravats déversés, dans une interview parue samedi sur l’Est Éclair. Des « déversements conséquents » qui coûtent entre 300 000 et 400 000 euros de nettoyage, selon l’élu. L’ancien ministre de l’Économie demande à l’État de payer ces réparations après avoir « laissé faire » les agriculteurs. « Puisque l'État laisse faire, qu'il assume jusqu'au bout », a-t-il ajouté.

Pointant du doigt la responsabilité de Gérald Darmanin, François Baroin va envoyer un courrier à la préfecture de l’Aube, qui remontera jusqu’au ministère de l’Intérieur. Le maire de Troyes souhaite savoir « dans quelles conditions l’État va assumer une partie, si ce n’est la totalité » des frais de nettoyage. Un soutien qu’il juge cohérent : « C'est l'État qui était ciblé, ce n'est pas au contribuable local de payer la facture ».

« Des centaines de milliers d’euros par département »

400 millions d’euros ont été débloqués jeudi, lors des annonces gouvernementales, pour répondre à la colère des agriculteurs. L’enveloppe ne prend pas en compte le coût des dégradations ou de l’arrêt économique lié aux nombreux blocages. Si le montant de la facture reste indécis, la note devrait atteindre le million d’euros en Bretagne, d’après France Bleu.

À lire aussi Colère des agriculteurs : après...


Lire la suite sur LeJDD