Afrique du Sud: sept ans après le meurtre de Senzo Meyiwa, cinq suspects sur le banc des accusés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En Afrique du Sud, un procès très attendu, et déjà repoussé deux fois, doit s’ouvrir ce vendredi autour de la mort mystérieuse en 2014 de Senzo Meyiwa, gardien de football et capitaine star de l’équipe nationale des Bafana Bafana.

Avec notre correspondante à Johannesbourg, Claire Bargelès

L'affaire remonte au 26 octobre 2014, lorsque Senzo Meyiwa est tué par balle alors qu’il rend visite à sa maîtresse, la chanteuse Kelly Khumalo, dans la banlieue sud de Johannesburg. La version officielle, un cambriolage qui aurait mal tourné, a longtemps servi d'explication au meurtre. C’est désormais la piste de l’assassinat qui est privilégiée.

Cinq hommes sont maintenant sur le banc des accusés, devant la Haute cour de Pretoria. Plusieurs d'entre eux ont déjà reçu de lourdes condamnations pour d’autres crimes, sans connexion. Selon l’un des avocats de la défense, deux d’entre eux seraient prêts à confesser le meurtre de l’ancienne star du football.

Pourtant, cette piste ne parvient pas à convaincre le frère de Senzo Meyiwa, qui accuse la police de ne pas se concentrer sur les bonnes personnes et d’essayer de cacher quelque chose.

Ce procès tient d’autant plus tout le pays en haleine, car la plateforme Netflix a mis en ligne, depuis le début du mois, une série documentaire en cinq épisodes qui revient en détail sur l’affaire et ses zones d’ombres.

Il s’agit également d’un dossier capital pour la police et le parquet sud-africains qui jouent leur réputation, alors que les critiques se sont accumulées ces sept dernières années pour le manque d’avancée dans l’enquête malgré le nombre de témoins présents au moment de l’attaque.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles