Afrique du Sud: revers juridique pour Ramaphosa qui avait suspendu la médiatrice de la République

En Afrique du Sud, suspendre la médiatrice de la République était inappropriée. C’est la décision d'une cour de justice qui s'oppose à la décision du président Cyril Ramaphosa. Une décision inappropriée, car elle intervenait juste après l'ouverture d'une enquête contre le chef de l'État dans une affaire de possible dissimulation d'argent qui remonte au mois de juin.

Avec notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson

La décision du président est annulée et Cyril Ramaphosa se retrouve plongé dans l'embarras. Il y avait une affaire ; il y a maintenant une affaire dans l'affaire.

D'abord l'affaire Phala Phala, du nom de la ferme appartenant au président Ramaphosa et où des cambrioleurs auraient trouvé une importante somme d'argent en 2020, dont le montant varie.

Les cambrioleurs auraient été soudoyés pour dissimuler cette affaire.

L'opposition exige des réponses du président sur l'origine de ces fonds et les raisons de leur dissimulation. Le chef de l'État dit réserver ses réponses aux enquêteurs.

Enquêter, c'est ce que voulait faire Busisiwe Mkhwebane. Cette médiatrice de la République, proche de l'ancien président Jacob Zuma, a mauvaise réputation. Elle est même visée par une procédure de destitution initiée par le Parlement.

Mais sa mise à l'écart soudaine, par le président, avait fait grincer des dents, car Busisiwe Mkhwebane venait d'envoyer une liste de 31 questions à Cyril Ramaphosa sur l'affaire Phala Phala.

À lire aussi : Afrique du Sud : suspension de « madame anti-corruption » par le président Ramaphosa


Lire la suite sur RFI