Afrique du Sud: Ramaphosa dénonce une vague de violences orchestrée

·1 min de lecture
AFRIQUE DU SUD: RAMAPHOSA DÉNONCE UNE VAGUE DE VIOLENCES ORCHESTRÉE

JOHANNESBURG (Reuters) - Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a prévenu vendredi qu'il n'autoriserait pas "l'anarchie et le chaos" s'installer en Afrique du Sud après la vague de pillages selon lui "orchestrée" qui a secoué le pays ces derniers jours et fait plus de 200 morts.

Lors d'un déplacement dans la région de Durban, le chef de l'Etat a laissé entendre que ces violences, qui ont éclaté après l'incarcération de l'ancien président Jacob Zuma, condamné à quinze mois de prison pour outrage à la justice, avaient été fomentées par des individus actuellement recherchés par les autorités. Il n'a pas donné de détails.

Cyril Ramaphosa a également appelé ses compatriotes à ne pas se ruer dans les magasins, assurant que le pays n'était confronté à aucune pénurie.

"Depuis le pic des troubles lundi et mardi, le nombre d'incidents a fortement diminué et le calme est revenu dans la plupart des régions", a encore dit le président sud-africain, selon qui 161 centres commerciaux, 11 entrepôts, 8 usines et 161 magasins d'alcools ont été endommagés lors des émeutes.

(Reportage Olivia Kumwenda-Mtambo, Wendell Roelf, Promit Mukherjee et Nqobile Dludla; version française Jean-Stéphane Brosse)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles