Afrique du Sud : mort du roi zoulou Goodwill Zwelithini, un chef traditionnel très riche et pas sans reproches

Jacques Deveaux
·1 min de lecture

Ce 12 mars, le peuple zoulou pleure la disparition à l'âge de 73 ans de son roi. Huitième roi de la dynastie Zulu, il a régné durant 50 ans, sans réel pouvoir mais avec une très grande autorité morale. Le président d'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, a rappelé dans un communiqué le rôle qu'a tenu durant ces années Goodwill Zwelithini : "Un monarque visionnaire qui a contribué fortement à l'identité culturelle, à l'unité nationale et au développement économique du KwaZulu-Natal, et au delà au développement de notre pays tout entier."

Principal groupe ethnique de l'Afrique du Sud avec les Xhosa, les Zoulous représentent le cinquième de la population. Tant par leur poids démographique que par leur histoire et leur culture, ils bénéficient d'une aura très importante dans le pays et à l'étranger. De ce fait, le roi zoulou est un personnage très influent qu'il convient de respecter.

Influence

Une influence qui entraîne parfois de sérieux dérapages. Ainsi Goodwill Zwelithini s'est opposé à la réforme agraire lancée en 2018 pour redistribuer les terres aux fermiers noirs. Car le roi, à la tête d'une société fiduciaire, l'Ingonyama Trust, gère le tiers des terres du KwaZulu-Natal, près de trois millions d'hectares, et n'entendait pas les partager.

Un montage, paradoxalement scellé au temps de l'apartheid, qui assure un revenu confortable. "Maintenant, le conseil d’administration de l'Ingonyama Trust demande aux gens de payer un loyer et ce loyer augmente de 10% par an. Et s'ils vous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi