Afrique du Sud: la mort de 21 jeunes dans un bar attribuée à une "asphyxie"

Le bar informel où une vingtaine de jeunes sud-africains sont morts fin juin dans des conditions mystérieuses. - Phill Magakoe
Le bar informel où une vingtaine de jeunes sud-africains sont morts fin juin dans des conditions mystérieuses. - Phill Magakoe

Les services de Santé sud-africains ont informé jeudi les familles des 21 jeunes décédés fin juin dans des conditions mystérieuses dans un bar informel qu'ils attribuaient la cause de leur mort à une "asphyxie".

"Ils ont convoqué les 21 familles pour nous dire ce qu'il s'était passé. Ils nous disent maintenant qu'il s'agit d'une asphyxie", a déclaré le père d'une des victimes, Xolani Malangeni, joint au téléphone par l'AFP.

"Avant, ils nous avaient dit qu'il s'agissait d'un empoisonnement", ajoute-t-il en colère. "C'est faux, c'est un faux rapport".

Des victimes âgées entre 14 et 20 ans

Sa fille, Esinako Sanarhana, 17 ans, est morte dans la nuit du 25 au 26 juin dans un débit de boisson populaire d'une banlieue déshéritée d'East London (sud). Au total, 21 jeunes, âgés de 14 à 20 ans, avaient trouvé la mort dans le bar Enyobeni, du township de Scenery Park.

Contacté par nos confrères de l'AFP, le département de la Santé de la province de l'Eastern Cape a confirmé recevoir les familles pour les informer des circonstances de la mort de leur enfant. Mais le département n'a pas confirmé la cause des décès qui est donnée, invoquant un devoir de "confidentialité".

La plupart des corps avaient été retrouvés le 26 juin dans le bar, sans blessure apparente. Les autorité avaient écarté l'hypothèse d'une tragédie provoquée par un mouvement de foule. Des autopsies ont été conduites.

Des survivants avaient évoqué "une forte odeur", des gens qui s'effondrent par terre.

Une trentaine d'hospitalisations

Au total 31 personnes avaient été transportées à l'hôpital, se plaignant de vomissements, maux de tête, ou encore de douleurs au dos et au thorax. D'autres familles ont également confié aux médias locaux avoir été informées que leur enfant était mort par asphyxie. Aucune d'entre elles n'a reçu de rapport toxicologique.

"Ils nous ont dit que si on le voulait, on devait aller au tribunal pour le demander", peste Xolani Malangeni.

Les résultats des premières analyses toxicologiques en juillet n'avaient pas été concluantes. Les niveaux d'alcool et de monoxyde de carbone retrouvés dans le sang étaient largement en-dessous des seuils létaux. Des traces de méthanol avaient également été retrouvées dans les analyses sanguines, laissant le mystère entier.

La plupart des victimes étaient des étudiants qui fêtaient les résultats de leurs examens. Le propriétaire du bar a été arrêté pour vente d'alcool à des mineurs. En Afrique du Sud, la consommation d'alcool est interdite aux moins de 18 ans.

Article original publié sur BFMTV.com