Publicité

Afrique du Sud: sur les lieux du massacre de Sharpeville, hommage aux Palestiniens bombardés à Gaza

En Afrique du Sud, les groupes pro-palestiniens continuent de se mobiliser en soutien de la population gazaouie. Le sort du peuple palestinien résonne toujours particulièrement dans la nation arc-en-ciel, souvent comparé à l’apartheid. Ce dimanche 17 mars, des militants sont justement allés, avec une association, se recueillir sur les tombes des victimes d’un des massacres les plus traumatisants de l’histoire du pays : celui de Sharpeville, en 1960.

Avec notre correspondante de retour de Sharpeville, Joséphine Kloeckner

C'était il y a presque 64 ans jour pour jour. Le 21 mars 1960, des milliers d’habitants de Sharpeville, township à 80 kilomètres de Johannesburg, manifestaient pacifiquement contre la politique des pass, qui imposait aux Noirs de porter certains papiers d’identité pour pouvoir se déplacer, lorsque la police a ouvert le feu. Hommes, femmes, enfants... plus de 300 civils furent blessés ou tués.

Sous un soleil de plomb, ce dimanche, les chants de 80 jeunes enveloppent le cimetière du township. À leurs pieds, 69 tombes tracent une ligne dont on ne voit pas le bout. Ce sont celles des victimes du massacre perpétré par la police d’apartheid. « Je suis venu remercier ces personnes qui sont enterrées ici, pour la liberté qu'on a aujourd’hui, une liberté pour laquelle ils se sont battus et que nous leur devons », confie un participant.

La date du massacre de Sharpeville est désormais un jour férié en Afrique du Sud, dédié aux droits humains.


Lire la suite sur RFI