Afrique du Sud: l’ANC entame une campagne offensive pour les élections locales

·1 min de lecture

L'ANC passe en mode reconquête en Afrique du Sud. Le parti présidentiel se lance dans la campagne pour les élections locales du 1er novembre prochain. Un scrutin lors duquel l'ANC avait enregistré ses pires résultats en 2016, perdant les villes de Johannesburg, Nelson Mandela Bay et Pretoria. Ce lundi, c’est à Pretoria, la capitale, que le président Cyril Ramaphosa a dévoilé le programme.

Avec notre correspondant à Pretoria, Romain Chanson

Nous devons faire mieux et plus, voilà le constat partagé par les militants comme Bongiswa Alicia Nongalo : « Pour tout vous dire, les gens sont frustrés. Je sais que c'est compliqué de respecter ses promesses mais j'espère vraiment que cette fois les promesses seront tenues. »

Chez les cadres du parti, on assume les erreurs du passé pour promettre des jours meilleurs. Et quand Cyril Ramaphosa, le président, prend la parole, il s'adresse aux électeurs qui se sont détournés de l'ANC en 2016 : « On comprend que vous ayez été déçus par l'ANC, découragés par nos manquements et en colère contre les soupçons de capture de l’État et de corruption. »

Si personne n'imagine l'ANC perdre les prochaines élections, les militants, comme Umar Lebeleonas, redoutent un affaiblissement de l'électorat et donc du pouvoir au sein des municipalités : « On va encore gagner, mais ma principale inquiétude c'est : avec quelle majorité ? »

Pour offrir la majorité la plus confortable à l'ANC, Umar a prévu de faire campagne jusqu'au 1er novembre. Sa cible ? la jeunesse sud-africaine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles