En Afrique du Sud, la justice exclut l'ex-président Jacob Zuma des élections prévues le 29 mai

La Cour constitutionnelle sud-africaine a déclaré, lundi, l'ex-président Jacob Zuma inéligible en raison d'une condamnation à la prison en 2021, et a prononcé son exclusion des élections générales prévues dans neuf jours.

La justice sud-africaine a définitivement tranché : Jacob Zuma ne pourra se présenter lors des élections générales prévues le 29 mai. La Cour constitutionnelle, plus haute juridiction d'Afrique du Sud, a déclaré, lundi 20 mai, que l'ex-président Jacob Zuma était inéligible en raison d'une condamnation à la prison en 2021 et a prononcé son exclusion du scrutin à venir.

"M. Zuma a été reconnu coupable d'une infraction et condamné à une peine d'emprisonnement de plus de 12 mois", a déclaré la juge Leona Theron à la lecture de la décision, qui peut faire l'objet d'un appel. "Par conséquent, il ne peut être membre de l'Assemblée nationale et ne peut se présenter aux élections", a-t-elle ajouté.

Mais la haute juridiction a estimé que seule la durée de la peine prononcée est pertinente et non la durée de la peine purgée.

L'ANC risque de perdre sa majorité absolue

La saga judiciaire autour de la participation ou non de Jacob Zuma au scrutin a monopolisé les débats en amont des élections qui s'annoncent comme les plus indécises de ces trente dernières années.

Jacob Zuma était candidat à un siège de député et inscrit sur les bulletins de vote déjà imprimés comme tête de liste d'un nouveau parti d'opposition baptisé Umkhonto We Sizwe (MK, "Lance de la nation" en zoulou).


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Le parti MK de Jacob Zuma peut conserver son nom et son logo
Corruption en Afrique du Sud : l'ère Zuma passée au crible dans un rapport accablant
Corruption d’état en Afrique du Sud : l'ANC épinglé et Cyril Ramaphosa accusé d’inaction