Afrique du Sud : la fin de l'âge d'or du secteur minier

franceinfo avec AFP
Le temps où le pays de Nelson Mandela tirait une grande partie de sa richesse des mines est-il révolu ? Depuis plusieurs années, le secteur dégraisse à tour de bras et lance un défi au président Ramaphosa, tenu de combattre un chômage record à trois mois des élections fixées au 8 mai.

Dans un discours devant le Parlement le 7 février 2019, largement consacré à la relance de l'économie et à la lutte contre la corruption, Cyril Ramaphosa, à la tête du pays depuis un an, a assuré que son pays était "sur la voie de la croissance et du renouveau", après la "période d'instabilité et de perte de confiance" du règne de son sulfureux prédécesseur Jacob Zuma (2009-2018).

Parmi les parlementaires, pas de lazzis mais guère non plus d'applaudissements.

"Ce n'est pas comme du Coca-Cola"

Dans le pays, le chômage affiche un taux record de près de 28%. Touché de plein fouet par la baisse des cours et l'augmentation constante des coûts opérationnels et de main d'oeuvre, le secteur minier est le plus atteint.

"Il faut comprendre que les ressources minières sont des ressources qui s'épuisent", explique le ministre sud-africain des Mines, Gwede Mantashe, "ce n'est pas comme du Coca-Cola où il suffit de mélanger de l'eau et du sirop".

A leur apogée dans les années 1980, les mines sud-africaines employaient 760 000 personnes et contribuaient à 21% du produit intérieur brut (PIB) de l'Afrique du Sud. Aujourd'hui, elles ne comptent plus que 450 000 employés et rapportent à peine 7% de la richesse nationale.

Succession de plans de dégraissage

Pour expliquer le déclin, l'analyste Johann Pretorius, du cabinet Renaissance Capital, interrogé par l'AFP, pointe "la complexité croissante" de l'exploitation des mines, notamment la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi