Afrique du Sud: des exercices pour se préparer aux marées noires

Que faire en cas de marée noire au large du Cap ? C'est la question que se sont posées toute la semaine plusieurs équipes réunies dans cette ville côtière sud-africaine. Ils ont suivi un entraînement pour apprendre à réagir en cas de pollution.

Reportage au Cap de notre correspondant, Romain Chanson

Il est 8h30 quand l'accident est révélé aux troupes : un porte-conteneurs et un tanker sont entrés en collision. « Il y a une personne portée disparue et un début d'incendie sur le porte-conteneurs, mais on ne connaît pas son ampleur, donc on essaie de récolter plus d'informations », rapporte Vernon Keller, chef des opérations et directeur de l'autorité sud-africaine de la sécurité maritime. « D'habitude on fait ça en vrai, c'est la première fois que je fais une simulation comme celle-ci », raconte le chef des opérations.

Pas de marée noire depuis 2000

La dernière grosse marée noire que la ville du Cap ait connue remonte à l'an 2000 quand un navire-citerne a sombré à côté de Robben Island. Nicholas Sloane, dont l'entreprise est spécialisée dans ce genre d'incidents, était sur place. « Ça s'est produit entre les 22 et 23 juin et les 6 semaines suivantes étaient complètement folles. Il y avait près de 10 000 bénévoles en train de nettoyer les plages et de secourir les pingouins. »

C'est bien parce que cet incident paraît loin qu'il faut relancer les entrainements, rappelle Romain Chancerel, consultant pour l'entreprise brestoise OTRA : « Les équipes changent, les équipements changent aussi, tout comme les protocoles. Donc, ce sont des exercices qu'il faut absolument organiser de façon régulière. »

En Afrique du Sud, le trafic maritime est élevé, ce sont 30 000 navires qui croisent au large des côtes sud-africaines chaque année.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles