Afrique du Sud: dernière démonstration de force de l'ANC avant les élections générales

Alors que le Congrès national africain (ANC), pourrait pour la première fois depuis 30 ans perdre sa majorité à l’Assemblée nationale, le parti et son président Cyril Ramaphosa ont tenté ce samedi de convaincre une dernière fois la foule rassemblée au stade FNB de Soweto de donner une nouvelle chance à la formation historique de Nelson Mandela.

Avec notre correspondante à Johannesburg, Claire Bargelès

C’est la dernière ligne droite en Afrique du Sud avant les élections générales de mercredi. Dans un discours en plusieurs langues de près d’une heure et demie, au cours duquel une partie du stade de 90 000 places s’est vidée de ses supporters, le président sortant a promis qu’« ensemble, nous allons faire plus et nous allons faire mieux ». Cyril Ramaphosa compte pour cela poursuivre la politique menée par son parti jusqu’à présent, à savoir tenter de redresser l’économie pour faire baisser le chômage et maintenir des mesures de discrimination positive.

En parallèle, il a rappelé la poursuite ces derniers mois des ambitions sociales de l’ANC avec une extension d’allocations post-Covid et la signature de la loi controversée autour d’une couverture santé universelle.

À lire aussiAfrique du Sud : les fractures socio-économiques au cœur des élections

« Nous sommes conquérants »


Lire la suite sur RFI