Afrique du Sud : il y a 30 ans, l’apartheid était aboli

·1 min de lecture
Nelson Mandela, Desmond Tutu et Frederik De Klerk ont été des acteurs de toute première importance dans l'abolition de l'apartheid. 
Nelson Mandela, Desmond Tutu et Frederik De Klerk ont été des acteurs de toute première importance dans l'abolition de l'apartheid.

Ignorant la majorité noire, l'Afrique du Sud contemporaine est née « entre Blancs » en 1910, de l'union des colons britanniques et des Afrikaners (ou Boers), d'origine hollandaise. L'apartheid, ou « séparation » en afrikaans, a systématisé à partir de 1948 la ségrégation pratiquée depuis le XVIIe siècle par les premiers colons néerlandais. Le système, institué par le Parti national (PN), qui a dominé la vie politique du pays de 1948 à 1994, reposait sur trois piliers : la loi sur la classification de la population, la loi sur l'habitat séparé et la loi sur la terre.

À LIRE AUSSINelson Mandela : se souvenir de son discours de Rivonia

La ségrégation raciale systématisée

Les habitants étaient classés dès leur naissance en quatre catégories : Blancs, Noirs, métis ou Indiens. Dans la vie quotidienne, des panneaux réservaient aux Blancs des bus, des restaurants, des guichets ou encore des plages. Les mariages mixtes et les relations sexuelles interraciales étaient interdits. Les Noirs avaient accès à une éducation ou à des soins de moindre qualité. L'essentiel du territoire (87 %) était réservé aux Blancs. Quelque 3,5 millions de personnes ont été expulsées de force et les Noirs, relégués dans des « townships » (cités dortoirs) et des « bantoustans » (réserves ethniques). La question de la redistribution des terres est brûlante aujourd'hui. Jusqu'en 1986, les Noirs devaient se déplacer avec un « pass », une pièce d'identité précisant où ils avaient le droit d'aller [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles