Afrique du Sud: à Durban, les prières pascales sont pour les victimes des inondations

·1 min de lecture

Les chrétiens ont prié pour les victimes des inondations dont le bilan s'alourdit à 443 morts, dans la province du KwaZulu-Natal, sur la côte Est du pays. Dans la presse, ce dimanche matin, l'archevêque de Durban dénonce un manque de préparation aux aléas climatiques et des infrastructures vieillissantes.

avec notre envoyé spécial à Durban, Romain Chanson

« Plus bruyant dehors est le chaos, plus fort doit être notre Alleluia ! ». Face au pessimisme ambiant, l'archevêque Siegfried Mandla Jwara appelle à chanter à l'unisson dans la cathédrale Emmanuel de Durban.

Il demande à ses paroissiens de prendre cette tempête pour ce qu'elle est : une expression du dérèglement climatique: « Ce n'est qu'une catastrophe naturelle, nous explique entre deux messes pascales l'archevêque Siegfried Mandla Jwara. Hier soir, à l'église, j'ai beaucoup parlé du changement climatique car il y a des gens qui ne comprennent pas bien. Mais maintenant, on peut voir ses conséquences. »

À lire aussi : Durban face aux conséquences du changement climatique

A la sortie de la messe, les fidèles ont une pensée pour les victimes, comme cette femme: « Je veux donner de la force à ces gens, leur dire d'avoir foi en Dieu. Nous sommes avec eux », ou encore cet homme : « Ce sont nos frères et nos sœurs, donc on doit prier pour eux, en particulier pour les morts. Quand ils souffrent, nous souffrons aussi. »

La semaine qui vient sera consacrée à l'aide aux victimes. Des campagnes de dons sont au programme. Glissements de terrains et inondations ont détruit des milliers de maisons faisant 40 000 déplacés. Au moins une vingtaine de personnes sont encore portées disparues.

À lire aussi : le bilan humain des inondations en Afrique du Sud ne cesse de s'alourdir

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles