Afrique : « Le renouvelable, oui, mais dans un mix énergétique »

La question énergétique était présente lors de la dernière assemblée annuelle de la banque africaine de développement en mai dernierr à Accra, au Ghana. Elle a été de nouveau mise en exergue par son président, Akinwumi Adesina, début novembre lors de l'Africa Investment Forum organisé début novembre à Abidjan.  - Credit:NIPAH DENNIS / AFP
La question énergétique était présente lors de la dernière assemblée annuelle de la banque africaine de développement en mai dernierr à Accra, au Ghana. Elle a été de nouveau mise en exergue par son président, Akinwumi Adesina, début novembre lors de l'Africa Investment Forum organisé début novembre à Abidjan. - Credit:NIPAH DENNIS / AFP

Depuis Abidjan, la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé la couleur de ses préconisations à la COP27 de Charm el-Cheikh en se servant l'Africa Investment Forum qu'elle a organisée du 2 au 4 novembre. Ainsi, dans la capitale économique ivoirienne, le sujet de l'énergie a été dans tous les discours et a été évoqué dans la plupart des panels de cette manifestation économique majeure. C'est d'ailleurs Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD) en personne, qui a ouvert la voie. « Nous avons sélectionné pour vous, investisseurs, plusieurs projets prêts à être financés, par exemple dans les énergies renouvelables », a-t-il fièrement déclaré au premier jour de l'Africa Investment Forum, devant un parterre de promoteurs, d'investisseurs et de chefs d'État.

Le renouvelable, une priorité pour la BAD

Depuis quelques années, le secteur est devenu « la priorité » de l'institution, a confirmé le vice-président de l'institution bancaire panafricaine en charge de l'énergie, de l'électricité, du changement climatique et de la croissance verte, Kevin Kariuki. « Il est primordial pour nous de respecter les engagements que nous avons pris à Paris en 2015, car l'impact du changement climatique est déjà visible en Afrique, et il est très violent. Les cyclones, les incendies, les inondations, nous le prouvent, a-t-il déploré. C'est pourquoi nous devons investir plus et plus rapidement dans les énergies renouvelables ». « Le monde est e [...] Lire la suite