Afrique médiévale : Ifé, la puissance évanouie

Au 14e siècle, l'opulente et prestigieuse cité, qui produisait de stupéfiantes sculptures, a été brutalement désertée.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°210 daté juillet/ septembre 2022.

C'est l'un des sites les plus fouillés d'Afrique. L'un des plus mystérieux aussi. La cité médiévale d'Ifé, dans le sud-ouest du Nigeria, a laissé des vestiges en forme d'énigme : des fragments d'une ancienne splendeur mêlés aux traces d'un abandon aux allures de sauve-qui-peut. C'est en 1910 que l'explorateur allemand Leo Frobenius met au jour de superbes têtes sculptées en bronze ou en terre cuite. Depuis, une soixantaine ont été découvertes, datant des 12e - 13e siècles.

"Ce sont probablement des portraits de défunts utilisés dans des rituels de mémoire, note l'archéologue Gérard Chouin, qui codirige les fouilles sous la ville moderne d'Ifé depuis 2015. Le bronze était un métal de prestige, rare en Afrique de l'Ouest. Il témoigne de la puissance de la cité. De même que la taille invraisemblable de cette dernière, qui couvrait à peu près le même espace que la ville actuelle de 500.000 habitants."

Les multiples pavements médiévaux exhumés sous l'Ifé contemporaine montrent aussi la sophistication de l'aménagement urbain. Composés d'une myriade de tessons posés de champ, ils permettaient d'évacuer les eaux de pluie. Autre signe de richesse, l'industrie du verre. "C'est la signature technologique d'Ifé. La ville est, pour le Moyen Âge, le seul centre d'Afrique de l'Ouest connu de fabrication de perles de verre. Elle les utilisait comme moyen d'échange, et on les retrouve dans tout le monde sahélien", note le chercheur.

Olokun Crédit : PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Olokun Crédit : PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Crédits : PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Un effondrement à cause de la peste ?

Unique dans le paysage ouest-africain médiéval, l'opulente cité est brutalement désertée dans la deuxième moitié du 14e siècle. L'abandon de ses précieux bronzes laisse entrevoir une panique générale. La végétation recouvrira le site, qui ne sera réoccupé qu'à la fin du 16e siècle. Pourquoi un tel effondrement ?

Gérard Chouin avance l'hypothèse de la peste venue d'Occident. "[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi