En Afrique de l'Ouest, la construction en voûte nubienne redore le blason de la maison en terre

Jacques Deveaux
·2 min de lecture

Construire des maisons en terre. Le pari est de taille en Afrique de l'Ouest, où tout le monde rêve d'une maison en parpaings réputée solide, quitte à vivre sous un toit de tôles ondulées, onéreux et inconfortable.

Depuis 1998, Thomas Granier et Séri Youlou, un Français et un Burkinabè, sont les promoteurs d'une technique millénaire : la voûte nubienne. Née en Haute-Egypte et inconnue dans le reste de l'Afrique, "la technique voûte nubienne permet de construire des habitations aux toitures voûtées sans coffrage, avec des matériaux locaux, un outillage basique et des compétences techniques relativement simples", explique le site des deux compagnons. Leur association a remporté le Grand Prix 2020 de l'innovation urbaine Le Monde-Cities.

Confort et économies

En 20 ans, l'association a réalisé près de 4 000 chantiers en Afrique de l'Ouest, dont 700 lors de la seule saison de construction 2019-2020. Des maisons, mais aussi des écoles et des lieux de culte. Contrairement à l'idée reçue, la terre n'est pas moins solide que le parpaing. Et selon ses concepteurs, une habitation en voûte nubienne peut se transmettre sur plusieurs générations.

Ce type de construction semble n'avoir que des avantages. Pas de bois, quand la ressource se fait rare pour cause de déforestation, pas de matériaux importés comme la tôle, le ciment ou l'acier. Les briques de terre qui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi