Afrique du Sud: l’opposition encore dans la rue contre Zuma

Nouvelle démonstration de force en Afrique du Sud. L’opposition a fait descendre ses troupes dans les rues de Pretoria pour exiger la démission du président Jacob Zuma. M. Zuma avait balayé d’un revers de main les protestations, qu’il a qualifiées de “racistes”.

La réponse de Julius Malema, bouillonnant chef de l’EFF les Combattants économiques de la liberté : “Si le fait de ne pas vouloir Zuma c’est du racisme alors nous sommes racistes, si en ne voulant pas Zuma on reçoit l’argent des blancs alors nous sommes fiers de recevoir cet argent des blancs, parce que quiconque finance la lutte contre la corruption est un patriote.”

Englué depuis des mois dans une litanie d’affaires de corruption, le chef de l’Etat est secoué par une nouvelle tempête politique depuis le remaniement ministériel qu’il a ordonné le 30 mars.

Non seulement ce remaniement ordonné par le chef de l’Etat a suscité la colère de l’opposition, mais il a aussi provoqué une crise ouverte au sein de l’ANC.

Plusieurs de ses responsables, le vice-président Cyril Ramaphosa en tête, ont dénoncé la décision du président de démettre Pravin Gordhan, mais sont depuis rentrés dans le rang.

L’ANC, qui dispose d’une confortable majorité de 249 sièges sur 400 au Parlement, a promis de rejeter comme un seul homme la motion de défiance de l’opposition, prévue le 18 avril.

Ce vote pourrait toutefois être retardé en raison d’une querelle juridique autour d’un possible vote à bulletins secrets, dont pourraient profiter les rivaux de Jacob Zuma au sein de l’ANC pour joindre leurs voix à celles de l’opposition.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages