Afrique de l’Ouest : le lion en danger critique d’extinction

Le roi des animaux doit-il craindre pour la pérennité de son règne ? Car sur le plan mondial, le lion est classé dans la catégorie « vulnérable » et ce malgré le succès des mesures de conservation établies en Afrique du Sud. Problème : c’est en Afrique de l’Ouest que le bât blesse. Dans cette région du monde, le félin, selon les experts de l’Union mondiale pour la nature, se trouve « en danger critique d’extinction ».

En l’espace de 50 ans, l’espèce a été littéralement décimée. Si l’on comptait encore 100.000 lions tout autour du globe dans les années 60, ils ne sont plus que 30.000 aujourd’hui. Une baisse drastique à mettre sur le compte de la course à l’urbanisation et de la chasse.

Un déclin rapide en Afrique de l’Est

Pour l’Union mondiale de la nature, le constat en Afrique de l’Est n’est pas vraiment plus reluisant : « Un déclin rapide de l’espèce y est également constaté, souligne l’organisation, le commerce des os et d’autres parties du corps, utilisés en médecine traditionnelle, tant dans la région elle-même qu’en Asie, apparaît comme une nouvelle menace pour l’espèce ».

Une cible privilégiée des trafiquants

Bien entendu, le lion constitue une prise de choix pour les braconniers. Sa peau peut se revendre sur le marché noir entre 2.000 dollars (environ 1.700 euros) et 4.000 dollars (environ 3.500 euros). « L’an dernier, des crocs provenant d’une douzaine de liions ont été saisis au Sénégal, explique au Parisien Charlotte Nithart, spécialiste du dossier au sein de l’association, et en 2013, sept peaux et cinq têtes ont été saisies au Togo ».

Toujours selon le Parisien, il ne resterait aujourd’hui qu’une dizaine de zones sur le continent africain où les conditions adéquates pour l’épanouissement de l’espèce seraient réunies.

Liste rouge

L’UICN, qui signe une « liste rouge » comprenant 77.340 espèces animales comme végétales, ajoute que 22.784 d’entre elles sont menacées par une extinction pure et simple. Cependant, tout n’est pas si noir puisque la situation s’améliore pour certaines espèces. Ainsi, le lynx, longtemps classé dans la catégorie « en danger critique d’extinction » est désormais « seulement » « en danger ». Après un déclin de 60 ans, l’espèce, qui comptait 52 membres en 2002, dénombre 156 spécimens en 2012. C’est mieux, mais il n’y a pas encore de quoi rugir de fierté.

Le lion n'est pas la seule espèce menacée, loin s'en faut :