Afrique centrale: tensions à la BEAC concernant le concours de recrutement

Après l'affaire de la cryptomonnaie centrafricaine, c'est la gestion du concours interne de recrutement des agents de la Banque des Etats de l'Afrique centrale qui fait débat. Le gouverneur de la Banque centrale, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli, est soupçonné par le ministre des Finances centrafricain, Hervé Ndoba, qui dirige également le conseil d'administration de la BEAC, d'avoir favorisé des proches. Dans un courrier adressé au gouverneur, Hervé Ndoba demande donc l'interruption du concours de recrutement. Mais Abbas Mahamat Tolli estime que les accusations à son encontre sont totalement infondées.

« Je vous instruis de surseoir, de manière immédiate, à ce processus de recrutement », écrit Hervé Ndoba dans un courrier daté du 1er août adressé au gouverneur de la BEAC. S'il ne donne aucun détail, le ministre centrafricain des Finances estime visiblement que des candidats au concours de recrutement interne de la Banque centrale, reçus à l'écrit, sont des intimes d'Abbas Mahamat Tolli.

Le gouverneur reconnait que trois de ses proches ont réussi les écrits mais il dénonce tout népotisme. « Je n’ai jamais été accusé de corruption ni de népotisme, ce n’est pas au détour d’un recrutement de la banque à une année et demi de mon mandat, que je vais commettre une telle forfaiture. »

Rien n'interdit au sein de la BEAC a des proches de dirigeants de se présenter au concours de recrutement. Pour le ministre centrafricain des Finances, Hervé Ndoba, la situation du gouverneur porte, « gravement préjudice à l'image de la banque. »

Malgré la polémique, le gouverneur Abbas Mahamat Tolli a donc confirmé que le recrutement au sein de la BEAC se poursuivait. Les oraux doivent se tenir à la fin de l'été.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles