Afrique. Au Burundi, la campagne électorale prépare l’arrivée du dauphin de Pierre Nkurunziza

Iwacu (Bujumbura)
1 / 2

Afrique. Au Burundi, la campagne électorale prépare l’arrivée du dauphin de Pierre Nkurunziza

La campagne électorale démarre, alors que de premiers cas de Covid-19 ont été détectés au Burundi. Pour la première fois depuis 2005, le président Pierre Nkurunziza ne sera pas candidat, mais son poulain fait figure d’archi-favori.

“C’est parti, s’exclame Iwacu, un des rares médias indépendants à pouvoir encore exercer au Burundi. La campagne électorale débute ce 27 avril. Sept candidats passeront l’épreuve des élections présidentielles. Pendant trois semaines, les militants des partis politiques au premier chef et toute la population burundaise vont vivre une ambiance électorale électrisée.”

Pour la première fois depuis 2005, le président sortant Pierre Nkurunziza ne fait pas partie des concurrents pour le scrutin du 20 mai. Lui qui, en 2015, avait brigué un troisième mandat au prix d’une sanglante répression et d’une mise sous coupe réglée du pays, s’est choisi un dauphin.

À lire aussi: Privilèges. Au Burundi, une retraite dorée pour l’autocrate Nkurunziza

Évariste Ndayishimiye, général et homme clé du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, doit prendre sa suite. Les deux hommes sont tellement proches que certains prédisent un scénario à la Poutine-Medvedev où Ndayishimiye ne serait que le visage d’un régime toujours contrôlé par Nkurunziza. “C’est mon maître à penser, je vais l’imiter”, disait le premier du second, lors de sa désignation en janvier dernier.

Aucune mesure sanitaire spécifique

Si six opposants sont en lice, dont Agathon Rwasa, peu de suspense plane donc sur l’issue du vote. En revanche, des inquiétudes se font jour quant aux conditions dans lesquelles va se tenir la campagne électorale. Dans son éditorial, Iwacu souligne :

Elle arrive dans un

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :