Africolor fête ses 30 ans en multipliant les clins d'oeil au passé

franceinfo Culture avec agences

Africolor, festival en Ile-de-France qui défriche depuis 1989 les musiques d'Afrique et de l'Océan Indien, a voulu marquer le coup pour ses trente ans, en multipliant les clins d'oeil au passé, tout en gardant le regard tourné vers l'avenir.

"On a voulu faire un vrai anniversaire", a déclaré à l'AFP Sébastien Lagrave, directeur depuis 2012 du festival.


Gloire aux anciens

Danyel Waro, chantre du maloya, une musique endémique de la Réunion faite de chants et rythmes prenants, née dans la communauté des esclaves noirs de l'île, sera le 3 décembre au Théâtre Gérard-Philipe, lieu historique du festival. Lors de sa première venue à Africolor en 1993, le maloya était confidentiel. Il a été depuis inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco, en 2009. A 64 ans, ce chanteur s'accompagnant au kayamb (percussion locale) ne désarme pas : il annonce un nouveau disque pour début 2020.

Mah Damba, descendante d'une longue lignée de griots, était à Africolor en 1996, à 30 ans à peine. Cette grande voix malienne animera la soirée de Noël à Montreuil. Africolor a bâti sa réputation sur sa fameuse "Nuit de Noël mandingue", qui mobilisait dans les années 1990 la communauté malienne de Seine-Saint-Denis.

Nostalgie encore avec le Bakolo music international. Cette formation dont Wendo Kolosoy fut le leader jusqu'à sa mort en 2008, est l'une des dernières à interpréter la rumba congolaise (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi