Afghans sous surveillance: Attal assure que c'est la sécurité des Français "qui primera toujours"

·1 min de lecture
Gabriel Attal invité de Jean-Jacques Bourdin le 24 août 2021 - BFMTV
Gabriel Attal invité de Jean-Jacques Bourdin le 24 août 2021 - BFMTV

Cinq sous surveillance dont un placé en garde à vue. Gabriel Attal, invité ce mardi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV/RMC, a réagi à la situation de cinq réfugiés afghans arrivés sur le territoire français dont un qui inquiète les autorités françaises.

Un devoir d'accueil qui primerait sur tout le reste? "Ce qui primera toujours, c'est la sécurité des Français", a assuré le porte-parole du gouvernement tout en soulignant que les personnes évacuées et accueillies en France "sont des personnes qui ont protégé la sécurité des Français qui étaient en Afghanistan".

"La France prendra toute sa part dans l’accueil des réfugiés afghans", a ajouté Gabriel Attal, "c'est notre honneur et c'est aussi notre devoir vis-à-vis de personnes qui nous ont protégés, ont protégé nos ressortissants et ont travaillé pour la France localement et qui, à ce titre, sont potentiellement menacés de mort pour ça".

Un réfugié afghan placé en garde à vue pour non-respect de son isolement

L'arrivée sur le territoire français de cinq réfugiés afghans fait polémique au sein de la classe politique. Pour cause: l'un d'entre eux est accusé de liens avec les talibans tout en ayant participé à l'évacuation de l'ambassade de France à Kaboul.

"Il y a une mesure administrative de contrôle et de surveillance qui a été prise sur lui et par précaution sur les personnes qui l'accompagnaient", a précisé Gabriel Attal.

Un autre réfugié afghan membre de la même famille a quant à lui été placé en garde à vue du fait du non-respect de son isolement sanitaire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles