Afghanistan: Reprise des évacuations militaires à Kaboul, premier vol français

·2 min de lecture
AFGHANISTAN: LES VOLS MILITAIRES D'ÉVACUATION REPRENNENT À KABOUL

KABOUL (Reuters) - Les vols militaires d'évacuation de diplomates et de civils hors d'Afghanistan ont repris mardi matin à Kaboul et la France a procédé dans la nuit à sa première évacuation via le pont aérien reliant la capitale afghane à la base française des Emirats arabes unis (EAU).

La piste et le tarmac de l'aéroport, qui avaient été envahis la veille par des milliers de personnes en quête d'un moyen de fuir le pays après la prise de contrôle de la capitale par les insurgés taliban, sont désormais praticables, a précisé à Reuters un responsable d'un service de sécurité occidental.

"Pendant la nuit, les vols ont pu reprendre, ce qui nous a permis de faire atterrir notre premier avion de transport militaire", a déclaré la ministre française des Armées, Florence Parly, mardi matin sur RTL.

"Cet avion a pu repartir vers Abu Dhabi et est arrivé en fin de nuit", a-t-elle ajouté.

Un premier vol parti de la base française des EAU et transportant des personnes évacuées de l'aéroport de Kaboul dans la nuit devrait atterrir en France dans l'après-midi, a-t-on appris auprès d'un responsable du ministère des Armées.

Le "pont aérien" entre l'aéroport de Kaboul et la base aérienne 104 d'Al Dhafra, à Abu Dhabi va permettre de procéder à l'évacuation puis au rapatriement en France de ressortissants français encore présents en Afghanistan - en particulier des membres du personnel diplomatique ou d'ONG - ainsi que d'anciens auxiliaires de l'armée française ou de personnalités menacées.

Dans la capitale afghane, les rues semblaient calmes mardi, même si des journalistes de Reuters ont entendu des tirs sporadiques venant de la direction de l'aéroport.

A l'aéroport, "beaucoup des personnes qui étaient là hier sont rentrées chez elles", a expliqué le responsable de la sécurité.

Les forces armées américaines, en charge de l'aéroport, ont interrompu les vols pendant la majeure partie de la journée de lundi faute de pouvoir contrôler la situation.

Cinq civils au moins ont été tués lundi à l'aéroport mais on ignore encore s'ils l'ont été par balles ou dans des bousculades. Un responsable américain a déclaré que deux hommes armés soupçonnés d'avoir tiré dans la foule avaient été abattus par des soldats américains.

(Reportage de Rupam Jain et Richard Lough, rédigé par Raju Gopalakrishnan, avec la contribution de Myriam Rivet à Paris ; version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles