Afghanistan: Vaste offensive des taliban après le début du retrait américain

par Zainullah Stanekzai
·2 min de lecture
AFGHANISTAN: VASTE OFFENSIVE DES TALIBAN APRÈS LE DÉBUT DU RETRAIT AMÉRICAIN

par Zainullah Stanekzai

LASHKAR GAH, Afghanistan (Reuters) - Les taliban ont déclenché de multiples offensives au cours des dernières 24 heures en Afghanistan, rapportent mardi les autorités, quelques jours après le début du retrait des forces américaines.

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a annoncé à la mi-avril que les troupes américaines entameraient le 1er mai leur retrait définitif d'Afghanistan et que les quelques 2.500 militaires encore déployés dans le pays seraient rapatriés d'ici au 11 septembre.

Les insurgés islamistes ont lancé lundi de nombreuses attaques simultanées dans la province du Helmand, dans le sud du pays, ciblant des points de contrôle des forces afghanes autour de la capitale provinciale, Lashkar Gah, a déclaré le chef du conseil de la province, Attaullah Afghan.

Les forces gouvernementales ont riposté par des raids aériens et envoyé des commandos d'élite dans la région. Les taliban ont été provisoirement repoussés mais les combats se poursuivent et des centaines de familles ont été déplacées, a-t-il ajouté.

Dans le cadre de leur retrait, les forces américaines se sont retirées il y a deux jours d'une base dans le Helmand.

A Kaboul, le ministère de la Défense a déclaré que les forces de sécurité afghanes répondaient depuis 24 heures à des attaques dans six autres provinces du pays au moins, dont celles de Ghazni (sud-est) et de Kandahar (sud).

Selon le ministère, une centaine de combattants taliban ont été tués dans le Helmand. Il n'a pas fourni de bilan chiffré concernant d'éventuelles pertes dans les rangs des forces gouvernementales.

Les taliban n'ont pas répondu dans l'immédiat à des demandes de commentaires.

Les insurgés, qui avaient conclu en février 2020 un accord avec l'administration de Donald Trump pour un retrait définitif du contingent américain à la date butoir du 1er mai 2021, avaient prévenu qu'ils rejetteraient le nouveau calendrier dévoilé par Joe Biden.

Avant les offensives de lundi, un regain de violence avait déjà été observé au cours des deux dernières semaines, depuis les annonces du président démocrate.

(Avec le bureau de Kaboul; version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Blandine Hénault)