Afghanistan: Trump tacle Biden sur la gestion des évacuations

·4 min de lecture

"Il aurait dû prendre le matériel militaire, car nous avons des milliards de dollars pour un tout nouveau bel équipement", a déclaré l'ancien président américain sur Fox News.

AFGHANISTAN - La débâcle en Afghanistan est du pain béni pour Donald Trump en constante recherche de critiques contre Joe Biden. Alors que le pays a cédé en quelques jours face aux talibans après vingt ans de présence militaire américaine, l’ancien président a critiqué son successeur sur la gestion de la crise.

Dans une interview pour Fox News mardi 17 août, Donald Trump a qualifié la situation de “plus grand embarras de l’histoire de notre pays”. La prise de contrôle des talibans a été si rapide qu’elle a pris au dépourvu la communauté internationale. Terrifiés face à l’arrivée du groupe fondamentaliste au pouvoir, les Afghans se sont précipités vers l’aéroport de Kaboul dans l’espoir de fuir. Les autres pays ont quant à eux organisé des avions pour rapatriés en urgence leurs ressortissants.

“Sortez l’équipement, puis sortez les soldats”

Face à Fox News, Trump a reproché à Biden de ne pas avoir fait sortir à temps les soldats et les civils américains du pays: “Biden nous a mis dans cette position. Il aurait dû faire sortir les civils en premier. Ensuite, il aurait dû prendre le matériel militaire, car nous avons des milliards de dollars pour un tout nouveau bel équipement. Sortez l’équipement, puis sortez les soldats”, a déclaré Trump.

Ce n’est pas la première sortie de l’ancien président à ce sujet. Le 15 août, il a estimé que son successeur à la Maison Blanche devait démissionner du fait de la victoire des talibans en Afghanistan, mais aussi en raison de la mauvaise gestion, selon lui, d’autres dossiers comme celui de la pandémie de covid-19.

“Il est temps que Joe Biden, discrédité, démissionne pour avoir permis ce qui s’est produit en Afghanistan, mais aussi en raison de la hausse vertigineuse du Covid, du désastre à la frontière, de la suppression de notre indépendance énergétique et de la paralysie de notre économie”, avait écrit l’ancien président républicain dans un communiqué.

Le 12 août il avait également déclaré: “Si j’étais président actuellement, le monde saurait que notre retrait d’Afghanistan était soumis à des conditions”. “Cela aurait été un retrait bien différent et un retrait bien plus réussi et les talibans le savaient mieux que quiconque”, a-t-il assuré dans un communiqué. “J’ai eu personnellement des entretiens avec des dirigeants talibans qui avaient compris que ce qu’ils font aujourd’hui n’aurait pas été toléré”, a-t-il ajouté.

Trump a passé l’accord, Biden a confirmé le retrait

Pour rappel: bien que le retrait des troupes américaines du pays a eu lieu sous l’administration Biden, Trump avait pourtant approuvé un accord avec les talibans en 2020 pour retirer les troupes américaines dans les 14 mois. C’est sous son autorité que les États-Unis ont le 29 février 2020 signé un accord avec les talibans dans lequel Washington s’engageait à retirer l’ensemble des forces américaines d’Afghanistan avant le 1er mai 2021. Le calendrier avait dû ensuite être retardé.

En contrepartie, les talibans s’engageaient à entamer des négociations de paix avec le gouvernement afghan, à s’abstenir d’attaquer les forces américaines et leurs intérêts en Afghanistan et à couper tout lien avec Al-Qaïda. Après la signature de cet accord, l’administration Trump avait fortement réduit la présence militaire américaine en Afghanistan et s’était engagée à respecter la date butoir du 1er mai pour un retrait total du pays.

Les réductions d’effectifs militaires américains en Afghanistan se sont poursuivies après l’élection de novembre, et lorsque Joe Biden a pris ses fonctions le 20 janvier, il ne restait plus que 2.500 militaires américains et 16.000 auxiliaires civils dans le pays.

Joe Biden a suspendu les opérations de retrait à son arrivée à la Maison Blanche pour se donner le temps d’analyser la situation et en avril, avant de confirmer le retrait militaire total d’Afghanistan. La date avait été repoussée initialement au 11 septembre, puis au 31 août.

À voir également sur Le HuffPost: L’émotion des familles qui ont fui l’Afghanistan à leur arrivée à Frankfort

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

LIRE AUSSI :

Attal à la rescousse de Macron assure que "la France accueillera des milliers d'Afghans"

Le Drian ne ferme pas la porte à un dialogue avec les talibans s'ils sont plus "inclusifs"

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles