Après le 31 août, les talibans permettront-ils que des Afghans partent?

·2 min de lecture

Plus que cinq jours, avant la date limite originellement fixée par Joe Biden pour le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, et donc pour la fin des évacuations. Mais si le président des États-Unis a dit cette semaine vouloir tenir ce butoir, son administration assure que ceux qui veulent partir après pourront le faire, avec l'accord des talibans.

Pour Antony Blinken, le 31 août ne signifie pas la fin. Interrogé mercredi 25 août sur le sort des milliers d’Afghans ou citoyens américains qui sont toujours en Afghanistan et qui voudraient quitter le pays après cette date, le secrétaire d'État américain assure qu’ils « ne seront pas oubliés ».

Antony Blinken, secrétaire d'État américain, le 25 août

Nous utiliserons tous les outils diplomatiques, économiques dont nous disposons pour nous assurer que ceux qui veulent partir d’Afghanistan après le 31 puissent le faire. Et nous avons certainement des moyens de pression sur le futur gouvernement afghan pour faire en sorte que tout se passe bien.

Le chef de la diplomatie américaine explique que son administration est toujours en contact permanent avec les talibans. Et que des discussions sont également en cours au sein de la communauté internationale pour décider du sort de l’aéroport de Kaboul une fois les Américains partis. Il considère que les talibans veulent, eux aussi, que l’aéroport reste opérationnel. Et qu’ils ont tout intérêt à coopérer.

Mais on sait aussi, rappelle notre correspondante à New York, Loubna Anaki, que le porte-parole des talibans avait déclaré que seuls les étrangers seraient autorisés à se rendre à l’aéroport.

Volte-face des talibans

Mardi, les talibans ont dans un premier temps annoncé qu'ils ne permettraient pas aux évacuations de se prolonger au-delà du 31 août, malgré les demandes occidentales. Ils affirmaient que les Afghans les plus qualifiés devaient rester dans le pays.

Puis mercredi, les talibans acceptaient finalement que des Afghans quittent le pays après le retrait définitif des troupes américaines, selon des propos de Markus Potzel, envoyé spécial de l'Allemagne en Afghanistan, à l'issue d'une rencontre au Qatar avec ceux qui ont pris le contrôle du pays il y a quelques jours.

Le chef adjoint du bureau politique des talibans lui disait que les Afghans avec des documents valides continueraient à pouvoir voyager sur des vols commerciaux.

Markus Potzel précisait avoir discuté « de la nécessité urgente » d'avoir « un aéroport de Kaboul qui fonctionne », comme condition préalable au travail des ONG et des diplomates dans le pays. Car depuis le 15 août, date de la chute de Kaboul, les vols commerciaux sont interrompus.

De son côté, la ministre allemande de la Défense a confirmé que Berlin continuera d'accueillir des Afghans ayant travaillé pour le gouvernement allemand, au-delà du 31 août.

►À lire aussi : Pour Ahmad Wali Massoud, « la priorité est de réduire la violence des talibans »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles