Afghanistan : la Suède suspend ses aides au développement

·1 min de lecture

Une dizaine de jours après la prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, les conséquences internationales s'accumulent. La Suède a interrompu le versement de son aide au développement à l'Afghanistan - premier pays bénéficiaire du royaume -, a fait savoir vendredi 27 août l'Agence suédoise de développement et de la coopération internationale (SIDA).

"Nous ne verserons plus de nouvelles aides, donc de l'argent, qui pourront, d'une manière ou d'une autre, être transmis au régime que nous voyons aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Maria Lundberg, cheffe de l'unité Afghanistan à SIDA, agence gouvernementale responsable des aides financières à destination des pays en développement.

L'Afghanistan est le premier pays a bénéficier de l'aide au développement du royaume nordique à hauteur d'environ un milliard de couronnes par an.

Cette annonce des autorités suédoises interviennent après que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont interrompu leurs aides à l'Afghanistan désormais dirigé par les Talibans.

Sur les 900 millions de couronnes d'aides prévues cette année (un peu plus de 88 millions d'euros), 448 ne seront pas acheminés vers le pays, a-t-elle expliqué.

>> A lire aussi - La Banque mondiale bloque ses financements à l'Afghanistan, 20 projets en stand-by

Selon Mme Lundberg, "nous devons revoir la coopération actuelle que nous avons avec la Banque mondiale, qui passe en partie via l'État afghan, afin de voir comment l'argent pour le système de santé et d'éducation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bond des cas de Covid-19 aux Etats-Unis et au Canada, envolée en Allemagne !
Afghanistan : Biden promet de "pourchasser" les auteurs des attaques à Kaboul
Seine-et-Marne : une enquête ouverte après la distribution de faux pass sanitaires
Les cadres parisiens souhaitent fuir la capitale, les abonnements à souscrire pour suivre les matchs de football, un député s’engage contre le streaming illégal... Le flash éco du jour
2022 : le négociateur en chef du Brexit, Michel Barnier, est candidat à la présidentielle

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles