Afghanistan, Sahel: Xavier Bertrand évoque les grands sujets internationaux

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron est attendu en Irlande ce jeudi. Le chef d'État doit évoquer de nombreux sujets internationaux, à l'occasion de cette rentrée sur la scène européenne. Notamment l'Afghanistan et la présence militaire française au Sahel, sur lesquels le président a été attaqué ce mercredi 25 août 2021 par Xavier Bertrand, l'un de ses rivaux pour 2022.

C'est pour l'instant son talon d'Achille de candidat : l'ancien maire de Saint-Quentin n'a jusque-là pas vraiment développé sa carrure internationale. À l'occasion de son discours de rentrée, le candidat putatif de la droite a donc fait entendre sa mélodie diplomatique, en attaquant ce qu'il estime être un renoncement de la France face aux talibans.

« Ce qu'il se passe en Afghanistan, selon Xavier Bertrand, n'est pas une guerre civile à l'autre bout du monde, mais engage nos valeurs et notre avenir. Je veux le dire avec force : pas question d'un nouveau "Munich diplomatique". » Car aux yeux de l'actuel président des Hauts-de-France, « les talibans n'ont en aucun cas changé. »

Dans son viseur, la trop grande prudence diplomatique selon lui d'Emmanuel Macron sur le sujet. Xavier Bertrand se place également en opposant résolu à la fin de l'opération militaire française Barkhane, au Sahel, annoncée en juin par le chef de l'État : « Ne faisons pas au Sahel, dit-il, la même erreur que les Américains en Afghanistan. »

La France se doit de continuer à y assumer ses responsabilités. C'est là-bas que se joue la stabilité de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb. C'est là-bas que l'on prévient le risque d'une immense vague de réfugiés en Europe. C'est là-bas aussi que se joue la sécurité de la France et des Français.

L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy espère ainsi creuser son propre sillon géopolitique. Une manière aussi, pour Xavier Bertrand, de se positionner dans la rude bataille qui s'annonce en vue de devenir, peut-être, le champion pour la présidentielle de la droite, dont son ancien parti, Les Républicains, reste la principale force d'opposition à l'Assemblée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles