En Afghanistan, le retrait des troupes américaines "sera achevé le 31 août" selon Joe Biden

·2 min de lecture

Les derniers soldats américains quitteront le territoire afghan à la fin du mois d'août, a annoncé Joe Biden jeudi. Selon le président américain, il appartient désormais au peuple afghan de diriger le pays, en dépit de craintes grandissantes sur une possible guerre civile.

Le calendrier se précise pour l'armée américaine. Le président américain Joe Biden a déclaré, jeudi 8 juillet, que le retrait des troupes d'Afghanistan serait "achevé le 31 août", et assuré que la prise de contrôle du pays par les Taliban n'était "pas inévitable".

Le démocrate a souligné que les Américains avaient "atteint leurs objectifs" dans le pays, à savoir lutter contre la menace terroriste. "Ce n'est pas inévitable", a-t-il dit en réponse à une question sur une possible victoire des Taliban, qui multiplient les offensives militaires dans le pays. Joe Biden a aussi assuré que les autorités afghanes avaient "la capacité" d'assurer la continuité du gouvernement.

Aux journalistes qui lui demandaient si ses propres services de renseignement avaient prévu l'effondrement du gouvernement afghan, Joe Biden a répondu catégoriquement : "Cela n'est pas vrai." "La probabilité qu'il n'y aura qu'un gouvernement uni en Afghanistan contrôlant tout le pays est hautement invraisemblable", a-t-il toutefois précisé.

>> À lire aussi : "Une possibilité réelle de voir les Taliban au pouvoir dans les prochains mois"

Joe Biden a promis que le soutien américain au peuple afghan allait "perdurer" malgré le retrait des troupes, déjà accompli à 90 %.

Les États-Unis ne sont pas intervenus en Afghanistan il y a vingt ans "pour construire une nation", a-t-il précisé, affirmant qu'il s'agissait là de "la responsabilité" des Afghans eux-mêmes. "Je n'enverrai pas une autre génération d'Américains combattre en Afghanistan", a-t-il martelé. "Nous mettons fin à la plus longue guerre de l'Amérique mais nous honorerons pour toujours le courage de ceux qui ont servi là-bas."

Washington a prévu de maintenir sur place la force de protection de l'ambassade américaine dans la capitale Kaboul. Quelque 650 soldats la composent.

>> À voir : "En Afghanistan, les femmes s'inquiètent de l'éventuel retour des Taliban"

"Il y a une place pour vous"

Le président s'est aussi adressé directement aux interprètes de l'armée américaine, qui risquent des représailles pour avoir aidé les forces étrangères : "Il y a une place pour vous" aux États-Unis, leur a-t-il promis.

Quelque 18 000 Afghans, interprètes, chauffeurs ou sous-traitants, attendent de savoir s'ils pourront s'installer aux États-Unis. Le traitement de ces dossiers peut d'ordinaire prendre des années.

Des combats entre Taliban et forces afghanes ont fait rage jeudi pour le deuxième jour consécutif dans le nord-ouest de l'Afghanistan, où les Taliban mènent leur première offensive contre une capitale provinciale depuis le début de la dernière phase du retrait des troupes américaines.

Avec Reuters et AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles